Application Mobile

Accueil >

Application Mobile >

Circuits du bleuet

Circuits du bleuet

Circuit 1916 Bataille de la Somme

1916 : Au cours de la conférence franco-britannique du 14 février à Chantilly, le général Joffre confirme que la grande offensive alliée de 1916 aura lieu dans la Somme. Les troupes du Commonwealth devront attaquer au nord du fleuve Somme, les Français sur la rive nord (Curlu) et au sud du fleuve.
Les pertes du Commonwealth sont effroyables et leur progression faible. De leur côté, les Français s’emparent rapidement de Curlu, Dompierre, Faÿ, puis de Frise le 2 juillet. Le 3 juillet, ils prennent Assevillers et Flaucourt et le 4, Belloy. Mais avec les pluies torrentielles de l’été 1916, le front s’enlise.
Au sud de la route Amiens Saint-Quentin, la Xème Armée prendra Soyécourt en septembre, puis Vermandovillers et Chilly. Mais Chaulnes restera aux mains des Allemands.

Circuit Adrienne Dumeige

1914 : Après avoir balayé la Belgique et submergé le nord de la France, l’armée allemande pénètre dans le département de la Somme par le massif Thiepval - Ginchy - Guillemont, s’empare de Péronne et marche sur Bray.
Le général Joffre, qui avait massé l’essentiel des forces françaises dans l’Est de la France, constitue à la hâte la VIème Armée devant Amiens. Elle tentera d’arrêter les Allemands sur une ligne Proyart - Framerville – Vauvillers - Rosières. L’affrontement est bref mais très meurtrier.
C’est à Proyart que les Allemands emmènent Adrienne Dumeige, jeune institutrice qui parvient à s’échapper pour retrouver les soldats blessés et cachés à Rosières. C’est sur ce même champ de bataille que M. François ramasse les blessés pour les emmener à Amiens, dans l’hôpital qu’il finance lui-même.

Circuit 1918 Libération du Santerre

1918 : Disposant des divisions du front russe et redoutant l’arrivée progressive des forces américaines sur le front ouest, l’Etat-major allemand lance une offensive massive sur l’axe Saint-Quentin- Amiens. L’objectif est simple dissocier l’armée français de l’armée britannique qu’il veut expulser vers les ports de la Manche. C’est l’opération Mikaël.
En août, le général Foch, qui a pris le commandement des Forces alliées, déclenche la contre-offensive. Dans le Santerre, trois armées alliées convergent sur Nesle : la 4ème (Rawlinson) qui comprend notamment des bataillons australiens, la 1ère (Debeney) et la 3ème (Humbert). Ce sont les Australiens qui libèrent Lihons le 11 août, Framerville le 12, Herleville le 23. Chaulnes est libérée le 28 août, Péronne le 3 septembre.

Circuit de la ligne de front

1915 : Dans le Santerre, les Français progressent sur Roye, Rosières, Villers - Bretonneux, Péronne (la ville est momentanément reprise par notre cavalerie), Montauban, Albert. Mais l’armée allemande cesse de reculer et passe à l’offensive. Par crainte d’être encerclés, les Français évacuent Péronne. De durs combats ont lieu sur Faÿ, Foucaucourt, Herleville, Lihons.
Dès lors, les combattants immobilisés sur leurs positions, commencent à creuser des tranchées. Le front se stabilise mais avec, de part et d’autre une vision différente de la situation : les Français sont en attente de nouveaux mouvements en avant pour libérer leur sol, par conséquent leurs tranchées sont provisoires. Par contre, les Allemands s’installent sur un territoire conquis et s’enterrent solidement.