Accueil >

Agenda >

2014 >

Juillet >

La fin de l’année 1914

La fin de l’année 1914

Une guerre de mouvement.

- 30 août : Sur le front Est, les Allemands sont victorieux lors de la bataille de Tannenberg (Prusse orientale, actuelle Pologne), contre les 1ère et 2ème armées Russes.

- 1er septembre : Entrevue entre les Britanniques, le Ministre de la guerre Kitchener et le Field Marshal French, et les Français, Messieurs Viviani (Président du Conseil) et Millerand (Ministre de la Guerre) qui aboutit à l’acceptation de French de tenir tête sur la Marne.

- 2 septembre : En France, l’armée allemande se rapproche de Paris : elle se situe à moins de 50 kilomètres de la capitale, à hauteur de Senlis (Oise). Le gouvernement quitte Paris pour aller s’installer à Bordeaux. Le général Gallieni est chargé de la défense de la capitale.

- 3 septembre : Élection du Pape Benoit XV. Prise de la capitale de la Galicie Autrichienne par les Russes.

- 5 septembre : Signature du Pacte de Londres entre les Alliés : aucune paix séparée ne sera signée.

Du 6 au 13 Septembre : la bataille de la Marne

Conformément au plan Schlieffen et à sa reformulation par Moltke le Jeune, l’armée allemande atteint le territoire français après avoir traversé la Belgique. La bataille dite « des frontières » (Août 1914, le long des frontières franco-belges et franco-allemandes) pousse les Alliés à se retirer, permettant aux forces allemandes de pénétrer sur le sol français. Cependant, la 1ère armée Von Kluck passe par l’est de Paris au lieu d’encercler la capitale par l’ouest, dans le but d’aller à la rencontre des forces françaises. Un front de plus de 200 kilomètres se forme de Verdun à l’est de la région parisienne. C’est la bataille de la Marne.

- Les 6 et 7 septembre a lieu le célèbre épisode des « Taxis de la Marne ». Sous le commandement de Gallieni, 600 taxis parisiens ont pour mission de transporter des renforts en soutien à l’attaque de Maunoury sur la Marne. Cet événement, bien qu’il ne permît pas de renverser la situation sur le front, demeure néanmoins célèbre par le symbole qu’il véhicule : celui de la mobilisation totale et de l’implication des civils dans le conflit.

- 8 septembre : Capitulation de Maubeuge qui, jusqu’à cette date, tenait l’état de siège.

Après des jours de combats sans relâche sur le front, les deux armées commencent à s’enterrer, former des abris, creuser des tranchées. La bataille de la Marne marque le premier grand tournant du conflit, et l’arrêt de la progression allemande.

- 14 septembre : Suite à l’échec du plan Schlieffen, Moltke est remplacé par le général Falkenhayn qui prend la tête de l’armée allemande.
La retraite est ordonnée par l’État-Major allemand et l’armée allemande se retire jusque sur les bords de l’Aisne. Dans cette région, le front se stabilise sur le Chemin des Dames.

17 Septembre : le début de « la course à la mer »

- 17 septembre – 17 Novembre : Cette retraite devient peu à peu la « course à la mer ». Chaque belligérant tente de contourner l’autre par le Nord, les menant peu à peu sur les bords de la Mer du Nord. S’enchaine alors une série de combats acharnés, notamment dans la Somme (Albert) et à Arras. Calais est également le théâtre d’importants combats : principale base anglaise, cette ville est la cible du général von Falkenhayn, dans le but de séparer les belges de leurs alliés.

- 19 Septembre : Censure de la Presse suite à la circulaire de Millerand, Ministre de la Guerre. Cette restriction des libertés individuelles, est remise en cause. De nouveaux journaux verront le jour, comme le Canard Enchainé, ou encore les journaux de tranchées.

- 25 septembre : Bataille d’Albert (Somme)

- 28 septembre : Sur le front Est, les Russes pénètrent sur le sol Hongrois.

- 7 et 9 octobre : Les belges évacuent Anvers.

- 13 octobre : La ville de Lille (Nord) est occupée par les Allemands.

- Du 17 au 30 octobre : Bataille de l’Yser (Nord). Les troupes franco-anglaises sont renforcées par des forces militaires belges qui ont quitté Anvers quelques jours auparavant.

- Du 29 octobre – mi-novembre : Bataille d’Ypres (Belgique), connue également sous le nom de « bataille des Flandres ».

- 1er novembre : La Turquie entre en guerre aux cotés des Puissances Centrales.

- 13 Novembre : Le gouvernement belge s’installe au Havre.

- 2 décembre : Belgrade, la capitale de la Serbie, est prise par les Autrichiens, sous le commandement du général Potoriek.

- 8 décembre : Aux îles Malouines (Falkland Island), des navires allemands sont détruits par la Royal Navy (forces marines britanniques), libérant ainsi la route des Indes.

En France,Le gouvernement revient s’installer à Paris.

- 15 Décembre : Belgrade est reprise aux Autrichiens par le général serbe Putnik.

- Mi-décembre : De Nieuport en Belgique, à la frontière franco-suisse au sud du Haut Rhin, la ligne de front s’est stabilisée. La guerre de mouvement laisse place à une guerre de position, faisant disparaitre l’espoir d’une guerre courte sur le front occidental.

- 22 décembre : En France, l’Union Sacrée est proclamée au nom du gouvernement, par René Viviani.

- 23 décembre : La Chambre des Députés annonce que toutes les élections seront reportées à la fin de la guerre.

1914 – Après cinq mois de guerre...

... le bilan militaire est décevant. Le bilan humain est quant à lui désastreux :

(le chiffre renseigne le nombre de morts, de disparus ou de prisonniers)
France : 500 000
Russie : 1 500 000
Autriche-Hongrie : 750 000
Allemagne : 296 000 (dont 142 000 morts)

Cette liste de seulement quelques belligérants traduit la violence des combats de ces premiers mois de guerre, et la rupture qu’elle crée entre la guerre qui avait été imaginée, et la guerre qui fut vécue.