Accueil >

Santerre 2014-2018 >

Les temps forts

Les temps forts

29 aout 2014 - La bataille de Proyart

La commune de Proyart sera le lieu du lancement des manifestations. En effet, la bataille de Proyart – Framerville (29 août 1914) préfigure la bataille de la Marne. C’est ici que les Allemands emmènent la jeune institutrice Adrienne Dumeige qui parvient à s’échapper pour retrouver les soldats blessés, cachés et soignés à Rosières.

Au programme :
un après-midi d’animations autour de l’univers des Poilus avec des personnages en costume, suivi du « Repas du Poilu » à la nuit tombée.
La journée se terminera par un son et lumière autour de l’Arc de Triomphe. « Au-delà du front », le spectacle proposé par Fabrice Thomas, retracera l’histoire de ces anonymes, devenus héros malgré eux.

4 juillet 2016 - Belloy en Santerre : La Bataille de la Somme

Pour commémorer le combat du 4 juillet 1916, la Légion Étrangère sera invitée ainsi que les Ambassade en insistant plus particulièrement sur les poètes qui ont donné leur vie.

Hommage au poète américain Alan Seeger

Alan Seeger, est mortellement blessé lors l’assaut de la Légion étrangère pour reconquérir le village de Belloy. Il s’était engagé dès 1914 pour défendre la culture française qu’il admirait. Par ses écrits envoyés du front, il exhortait ses compatriotes à entrer en guerre aux côtés des Alliés. Le poète, mort le jour de l’Indépendance Day, est inhumé dans la nécropole de Lihons aux côtés de ses camarades.

Hommage aux poètes allemand comme Sorgue et Lichtenstein

Reinhard Johannes Sorge 1892-1916
Poète allemand né le 29 janvier 1892 à Rixdford, Berlin, décédé le 20 juillet 1916 à Ablaincourt dans la Somme. D’abord disciple de Nietzsche, il évolue vers un mysticisme semblable à celui de saint François d’Assise.
Expressionniste, son drame le Mendiant (1912) est considéré comme l’oeuvre la plus puissante de son temps. Son oeuvre a été proposé au prix Kleist. On lui doit encore notamment Metanoeite (1915), qui est un appel à la conversion, et le Roi David (1916), consacré aux nouveaux croyants.

En prenant les idées expressionnistes de l’utilisation des émotions, des motivations et des passions de décrire ou de dépeindre le monde, Il est également plausible que Reinhard a été influencé par le style poétique de la philosophie qu’il lisait ainsi.

Avec l’argent du Prix Reinhard Johannes Sorge a épousé sa fiancée de longue durée, Suzanne Marie Hardewerk.

Alfred Lichtenstein 1889-1915 est né le 23 août 1889 à Wilmersdorf, quartier de Berlin et il est mort le 25 septembre 1914 à Vermandovillers en France. C’est un écrivain expressionniste allemand. Il était d’origine juive allemande.

Alfred Lichtenstein est l’aîné des quatre enfants de David Lichtenstein, industriel du textile, et Franziska Lichtenstein, née Merzbach. Après son diplôme obtenu à Luisenstadtische en 1909, il étudie le droit à Berlin puis à l’Université Friedrich Alexander d’Erlangen-Nuremberg.

En 1910, il commence à publier des poèmes d’abord dans le journal Berlinois « Der Sturm » puis « Die Aktion » où il se rend célèbre avec le poème Punkt (Point) en janvier 1914. En 1913, il publie un recueil, Die Dämmerung (Le crépuscule), avec le poème Die Stadt (La ville) ; il obtient la même année un doctorat en droit à Erlangen. Il a participé aux réflexions expressionnistes de « Der Neu Club » établit pat Jacob von Hoddis et Kurt Hiller à Berlin.

En octobre 1913, il est volontaire pour un an dans le second régiment d’infanterie de Bavière basé à Munich. Il participe à la Première Guerre mondiale dès son ouverture en août 1914. Il exprime en poèmes son désespoir de l’expérience de la guerre et de sa prémonition de la mort. Dans sa dernière composition, il écrit : Peut-être suis-je mort dans treize jours. Il meurt sur le front de l’Ouest.

Hommage au poète catalan Camil Campana

Camil Campanya 1892-1916
Il est né à Barcelone, d’une famille honorable. Il adhère dès son plus jeune âge au parti nationaliste Catalan. Suite à son engagement, et ses écrits nationalistes forts, il s’exile à Santiago de Cuba ou il existait le Comité Séparatista. C’est au moment ou il exalte de façon très vive le patriotisme nationaliste, que la première guerre mondiale éclate.

Un centre d’enrôlement est organisé par Campanya dans la perle des Antilles. Mais de nombreux compatriotes tombent lors de la bataille d’Artois (9-16 mai 1915), ainsi qu’en septembre 1915 en Champagne. Il décide alors que la propagande ne suffit plus, et qu’un exemple plus efficace s’imposait pour montrer son combat pour la liberté des peuples.

Il devance son tour de départ et s’engage dans le 1er régiment de marche de la légion. Il y regroupe ses compatriotes pour constituer un bloch Catala. A la veille de l’attaque sur Belloy le 1er juillet 1916 il écrit cette lettre qui sera la dernière, car 3 jours plus tard il tombe devant Belloy avec 50 de ses camarades dont son compagnon inséparable Constanti Cots.

Texte de sa dernière lettre :
Je vous écris à la diable et seulement pour vous dire que sous peu le clairon nous donnera le signal de sortir en rase campagne pour nous battre contre ces Boches odieux et inhumains. J’espère faire mon possible pour m’égaler à mes frères catalans, c’est-à-dire mettre le nom catalan à la place qu’il convient. S’il le faut, je donnerai la dernière goutte de mon sang. Ici, le ciel est rouge, même les nuits. Les instants sont tragiques et cependant dans le coeur niche un espoir et dans nos pensées il y a la catalogne. Te reverronsnous, terre de nos amours ? Il est impossible d’espérer une réponse. Mais, devant cette terrible énigme, il n’y a pas lieu d’être épouvantés, si nous savons que le sang généreusement donné à la noble et héroïque France servira à arroser les fruits qui apporteront la liberté à notre patrie.

Devant elle, si grande, notre vie est trop petite pour que nous ayons peur. C’est pourquoi nous sommes courageux, quand bien même, de cette liberté si désirée, nous ne devrions pas en jouir : nous n’en fermerons pas moins les yeux satisfaits d’avoir accompli notre devoir, notre devoir qui est de chercher à procurer le bien être à nos frères !

Hommage à la ville de Barcelone

Tous les ouvrages historiques sur la Légion Etrangère évoquent le fait d’arme de Belloy. Parmi les légionnaires, on comptait notamment des Belges, des Suisses, des Espagnols. La ville de Barcelone et la Catalogne, ont d’ailleurs contribué à la reconstruction du village.

2018- Les Flambeaux du Souvenir

En septembre 2018, l’association Santerre 2014-2018 invitera enfants, scolaires et adultes à participer à une dernière manifestation. Chacun des participants aura en sa possession un flambeau, et sera invité à prendre place sur le tracé reliant le cimetière français de Dompierre-Becquincourt, le cimetière britannique d’Assevillers et le cimetière Allemand de Vermandovillers. Ce circuit d’environ 20 km représentera lors de son illumination, une idée forte et symbolique, des peuples réconciliés.